L'oignon biologique contient plus de certains antioxydants

 

Une étude de plusieurs années réalisée sur les oignons démontre que l’agriculture biologique augmente la teneur en antioxydants d’environ 20 %.

La teneur en vitamines et minéraux ne semble guère différer entre les deux méthodes de production. Mais selon une étude irlandaise, cela pourrait s’avérer très différent pour d’autres agents intéressants, tels que certains antioxydants. 

 

Des oignons cultivés de manière biologique ou conventionnelle

Les chercheurs ont étudié deux variétés d’oignons riches en quercétine, un flavonoïde présent également dans la peau des pommes et dans le thé, et dont le lien avec divers effets intéressants sur la santé a été établi.

 

L’oignon est un des légumes avec la teneur en quercétine la plus élevée. Le champion est l’oignon rouge qui en contient deux fois plus que l’oignon blanc et quatorze fois plus que l’ail.

Cette étude sur les oignons de variétés Hyskin et Baron est la plus longue jamais réalisée dans ce domaine. La teneur en flavonoïde d’oignons issus de la production biologique et conventionnelle a régulièrement été mesurée au cours d’une période de six ans.

 

Des résultats à deux niveaux

Les résultats montrent que les oignons cultivés biologiquement présentaient une activité antioxydante (mesurées par les méthodes DPPH et FRAP) plus élevée et contenaient davantage de flavonols et de quercétine que les oignons produits de manière conventionnelle. Ces observations valent pour les deux variétés, avec des disparités entre le biologique et le conventionnel pouvant aller jusqu’à 20 %.

 

Par ailleurs, l’étude révéla que la teneur en flavonols fluctue en fonction des conditions climatiques et qu’elle est plus importante lorsque les températures sont plus élevées et lorsqu’il pleut moins.

 

Source : Food In Action - Ren F. et al., J Agric Food Chem, 2017.