Lave-vaisselle : les détergents écologiques font la différence

La dernière génération de lave-vaisselle est très frugale en énergie et semble imbattable par l’homme pour la consommation d'eau. Mais quid des détergents ? Quel est leur impact sur l'environnement et comment se sont ils adaptés ? Plusieurs fabricants de détergents écologiques  répondent.

Dans le lave-vaisselle, la chimie doit être très performante pour remplacer l’effort mécanique de l'homme. Alors la comparaison entre vaisselle à la main et en machine pour l’impact chimique est toujours en faveur de la plus ancienne méthode. Mais ce qui est positif, c’est que l’utilisation d’alternatives écologiques réduit considérablement l'impact environnemental

Eviter EDTA et phosphates dans les détergents

Que ce soit sous la forme de poudre ou de tablettes,  l’alternative écologique de détergent pour le  lave-vaisselle a écarté les phosphates (et les phosphonates) et l'EDTA qui restent incontournable dans les produits conventionnels.

Alors qu’ils ont disparu des détergents pour le linge, les phosphates ou phosphonates sont toujours utilisés (jusqu'à 40%) dans les produits pour lave-vaissselle. Leur rôle est de neutraliser les minéraux qui rendent l'eau dure, et d'améliorer l'action de lavage. Le Parlement européen a décidé d'interdire ces substances dans les produits de lave-vaisselle, mais pas avant 2015 car les effets sur l'environnement sont considérables. Les phosphates présents en grande quantité dans l'eau provoquent une prolifération d'algues et, à terme la mort biologique par eutrophisation. La principale source de phosphates provient des activités humaines telles l'agriculture qui utilise de grandes quantités d'engrais, le traitement des eaux usées (matières fécales) et les détergents à lessive et à vaisselle.

L'EDTA (acide éthylène diamine tétra acétique) est une substance adoucissante qui elle n'est pas biodégradable. Les problèmes environnementaux causés par l'EDTA ne sont pas à sous-estimer : ils se lient avec des polluants comme les métaux lourds et l’ensemble  se retrouve dans les eaux de surface.

De leur côté, les tablettes et poudres écologiques sont composées principalement de citrate de sodium, carbonate de sodium et le percarbonate de sodium. Ce trio récure, enlève la saleté et fait briller. Certains fabricants utilisent en plus des silicates qui détachent la graisse et autres saletés.

Sel régénérant : adoucir l’eau

Chaque lave-vaisselle dispose d’un adoucisseur d'eau qui neutralise le calcium et le magnésium de l'eau du robinet. L'adoucisseur d'eau utilise du sel pour cette régénération, évitant un dépôt de calcium blanc sur la vaisselle. Le calcium et le magnésium sont d’autant plus indésirables qu’ils empêchent le bon fonctionnement du détergent.

De tous les produits éco destinés au lave-vaisselle c'est le sel régénérant qui diffère le moins de son homologue conventionnel. Il s’agit toujours de sel, mais la version éco se passe des additifs destinés à empêcher l'agglutination du sel et qui nuisent à l'environnement.

Liquide de rinçage : une version écologique spécifique

Après le lavage, le lave-vaisselle rince… Le liquide de rinçage a trois fonctions : éviter le dépôts de calcium, ne pas laisser de traces et réduire la durée de séchage. Ce liquide empêche aussi l’usure trop rapide de la verrerie. En général, les produits communs contiennent des détergents non biodégradables et parfois du dioxane, une substance connue pour ses effets mutagènes et cancérigènes.

Pour les fabricants de détergent vaisselle écologiques, mettre au point un liquide de rinçage avec les mêmes qualités n’est pas facile, mais ils déploient d'autres solutions. Ils utilisent de l'éthanol, de l'acide citrique et parfois des huiles essentielles pour l’effet de détartrage. Le liquide de rinçage réduit également la tension de surface pour que l'eau s’évacue plus facilement et que la vaisselle sèche plus vite.

Pollution dans la machine

Un lave-vaisselle encrassé peut poser des problèmes. Contre cela, les fabricants conventionnels ont développé un produit qui est qualifié  d’« Inutile et source supplémentaire de pollution » : par les fabricants d’alternatives écologiques. Cette pollution est provoquée surtout par un mauvais entretien des filtres ou par l’utilisation de la fonction lavage «éco» du cycle. Ce programme fonctionne à des températures inférieures et diminue la consommation d'énergie. Par contre, certaines parties sont moins bien nettoyées qu’avec la température standard de 60 °, explique Sonett.

Une biodégradabilité relative

Une précision de nos interlocuteurs fabricants de produits ménagers écologiques au sujet de la biodégradabilité : c’est un mot très relatif car il ne renseigne pas sur la durée de la biodégradation. De nombreux produits écologiques se désintègrent assez rapidement, alors que d'autres produits, plus communs, sont là pour plusieurs années.